Home

Indicateurs

En construction

Asymétrie Fluctuante

In a context of high occupation of the coastal area, we studied this occupation impact measuring developmental stability of post-larvae and juveniles (Oblada melanura in nursery zones and Dicentrarchus labrax in aquariums). We intend to provide information for the management of these aquaculture and seaside resort zones. We expect to create a new mid/long-term stress indicator using otolith Fluctuating Asymmetry (FA).

Pierre_V_Fig_1_otolithsjpg

Figure 1 : 79 Days old D. Labrax sagittae.
Foto: Pierre Vandenbussche 2013

FA is used to measure bilateral individual developmental stability. Departure from symmetry is described by frequency distribution of right minus left part. In case of FA this frequency distribution should be a Normal curve centred around 0 (Palmer 1994). If stress occur, this Normal curve tend to present an augmentation of the kurtosis (a perfect Normal law present a ketosis of 0).

Pierre_V_Fig_2_graph

Figure 2: FA ideal distribution, right curve present a bigger kurtosis sign of a higher level of FA.
From Palmer 1994

In order to obtain FA information, we use an intern-ear hard structure called otolith. Fish present 3 pairs of otolith. Those otoliths are used by fish for earing and space recognition. They are called sagittae, lappili, asterisci. We use the sagittae pair in our works.

We chose this structure for 3 reasons:

First, it presents, like a pearl, a successive ring structure which is easily recognisable on microscopy. This is due to the way it is formed. Every day a new ring, or increment, (Chambers and Miller 1995) is deposited. So if a change occurs in the fish environment, traces of this change will appear on the concerned ring (Arai, Ohji et al. 2007).

Second, the sagittae pair is generally the biggest of the three otolith pairs and so can be collected more easily. It also reduces the risk of misinterpretation during analyses.

Third, we use otolith because it’s an internal structure, meaning there is less risk of deterioration during sampling time.

This Precaution was really important because of the use of post-larvae and juveniles. At this early life stage fish are really fragile. As sampling method could damages the external part of fish the utilisation of external symmetric traits is impossible.

 

Arai, T., M. Ohji, et al. (2007). "Trace Metal Deposition in Teleost Fish Otolith as an Environmental Indicator." Water Air Soil Pollut(179): 255-263.

Chambers, R. C. and T. J. Miller (1995). Evaluating Fish Growth by Mean of Otolith Increment Analysis: Special Proprieties of Individual-level Longitudinal Data. Recent Development in Otolith Research, Columbia, South Carolina, United States of America, University of South Carolina Press.

Palmer, A. R. (1994). Fluctuating asymmetry analyses: A primer. Developmental Instability: Its Origins and Evolutionary Implications, Tempe, Arizona, Springer Netherlands.

 

Mis à jour (Mardi, 17 Juin 2014 08:45)

 

Tethering au Cap Roux

Dans le cadre du suivi des peuplements de poissons mené par le laboratoire ECOMERS dans le cantonnement de pêche du Cap Roux, des expériences de tethering sont réalisées depuis 2008 afin d’étudier l’effet réserve, déjà mis en évidence grâce aux comptages FAST décrits précédemment.

L’objectif est de tester l'efficacité de l’aire marine protégée d’un point de vue fonctionnel : le taux de prédation par des prédateurs de haut niveau permet-il de contrôler des échelons trophiques inférieurs (contrôle top-down) au sein du cantonnement de pêche du Cap Roux ?

Des expériences in situ, consistent à immerger des oursins attachés (« tethered » en anglais) par un fil de nylon, à une profondeur donnée. Ces oursins sont alors laissés sur le fond pendant plusieurs jours. Un suivi journalier est effectué afin de noter les oursins (i) consommés par les prédateurs, ou (ii) encore vivants et présents sur le site d’observation.

 

Montages_oursins_site_petit_format

Exemple d'un montage utilisé pour étudier la prédation sur les oursins (Photo: Marine Clozza).

Parmi les principaux prédateurs connus des oursins adultes figurent les sars du genre Diplodus : D. sargus et D. vulgaris. D’autres comme l’étoile de mer Marthasterias glacialis ou le gastéropode Hexaplex trunculus se nourrissent aussi d’oursins mais dans une moindre mesure.

Diplodus_sargus_petit_format Diplodus_vulgaris_petit_format Hexaplex_trunculus_petit_format Marthasterias_glacialis_petit_format

Quelques prédateurs potentiels de Paracentrotus lividus (de gauche à droite : Diplodus sargus (Photo : P.Bodilis); Diplodus vulgaris (Photo : M. Clozza); Hexaplex trunculus et Marthasterias glacialis (Photos : P.Francour)).

La consommation des oursins par les Sparidés peut se différencier clairement de celle effectuée par l’astéride ou le gastéropode. Dans le premier cas, seule la boucle de nylon qui entourait le corps de l’oursin reste visible, avec ou sans débris de test à proximité sur le substrat. Par contre, une prédation par une étoile de mer ou un gastéropode, se traduit par un test d’oursin percé d’un ou plusieurs trous et des piquants encore présents. Parfois, il est possible que la consommation d’un oursin par M. glacialis ou H. trunculus précède celle des Diplodus spp. Dans ce dernier cas, le test dépourvu d’épines est encore présent mais fragmenté. Ce cas de prédation est observé le plus souvent lorsque l’oursin meure prématurément, suite à un stress occasionné par une mauvaise manipulation.

Les premiers résultats obtenus en 2008 ne montraient aucune différence entre le cantonnement et l’extérieur. Par contre, les expériences de 2010 commencent à mettre en évidence une prédation plus importante sur les oursins par les Sparidés à l’intérieur de la réserve du Cap Roux qu’à l’extérieur. Le nombre de prédateurs de haut niveau trophique, a priori plus important à l’intérieur de la réserve, qu’à l’extérieur, pourrait expliquer ces résultats. Ces résultats traduisent la mise en place plus tardive d’un effet réserve au niveau fonctionnel alors qu’un premier effet réserve, au niveau densité ou biomasse, était mis en évidence dès 2007.

 

La Méthode CARLIT

La Directive-Cadre Eau (DCE) de l’Union Européenne (2000/60/CE) établit un cadre communautaire pour la protection et la gestion des eaux intérieures et côtières. Elle prévoit notamment que toutes les masses d’eau communautaires devront avoir atteint un « bon état écologique » en 2015. Un diagnostic de l’existant est donc nécessaire afin d’identifier les mesures à prendre puis évaluer et suivre leurs effets en vue d’atteindre les objectifs de la directive. L’application de la DCE pour l’élément « Macroalgue » pour les eaux côtières méditerranéennes françaises (Corse comprise) se fait à l’aide de la méthode CARLIT (CARtographie du LITtoral).
illustrationArticleImageAlgues
La méthode CARLIT consiste à effectuer depuis une petite embarcation un recensement visuel exhaustif des communautés algales dominantes sur les substrats rocheux du médiolittoral et de l’infralittoral supérieur. Les relevés se font en période de croissance des algues (avril-mai) et sont saisis sur une TabletPC équipée d’un logiciel de SIG (ArcPad 7) couplé à un GPS permettant un positionnement précis le long de la côte. La méthode permet de couvrir environ 40 km de littoral par jour et la précision des relevés est de 2 à 3 m.
Les publications des membres du laboratoire relatives à cette méthode se trouve ici
 
Recherche sur le site
Statistiques de visite

Aujourd'hui :12
Ce mois-ci :385
Année :4485
Total visites :22817
Depuis le :12/01/2011
Unknown flag 59%Unknown (13485)
France flag 21%France (4881)
Germany flag 6%Germany (1357)
Russian Federation flag 1%Russian Federation (315)
Ukraine flag 1%Ukraine (231)
22817 visites depuis 134 pays