Les images des... Zetetic-Files !

Le "Saint suaire de Turin"

La "Liquéfaction du sang de st Janvier"

La "Marche sur le feu"

Le "Cosmonaute maya de Palenque"

La "Mystérieuse pyramide de Falicon"
© Laboratoire de Zététique Université de Nice-Sophia Antipolis
Toute reproduction - même partielle - est interdite sans autorisation écrite explicite. Demande à adresser au Laboratoire.



©
Le "Saint Suaire de Turin" : ... un pur produit Made in France !


Le "Saint Suaire de Turin" dont le vrai nom est... "suaire de Lirey" (cf. le livre du Pr. Henri Broch
"Gourous, sorciers et savants") est un linge datant de plusieurs siècles et portant "l'empreinte" du Christ. Ce linge est en fait... le résultat d'un probable frottis (tamponnage) sur un bas-relief représentant le Christ et une mystification avérée du clergé d'une collégiale (Lirey) de la région champenoise en France dans les années 1350.
Frottis (cf ci-dessous les vidéos d'exemple de fabrication de "suaire de Turin" par le Pr. Henri Broch en 1998 et en 2005) réalisé avec des pigments ocre rouge liés par de la colle d'os ou colle de peau, ingrédients dont la présence sur le "suaire de Turin" a été scientifiquement démontrée.

Le "saint suaire de Turin" - qui est donc un pur produit Made in France, même si cela choque certaines personnes - a d'ailleurs été
dénoncé comme une mystification, dès l'origine au XIVème siècle, par l'évêque de Troyes, Henri de poitiers, qui avait mené une enquête et... retrouvé l'artiste qui l'avait fabriqué, artiste qui avait pu attester de cette fabrication ! 

Tout l'historique et tous les détails sont donnés dans l'ouvrage du Pr. Broch "Le Paranormal", éd. du Seuil 1985 (en poche Points Sciences 2007).
L'historique et les preuves ainsi que la probable méthode  - fort simple ! - utilisée sont également présentés dans l'ouvrage de Henri Broch 
"Gourous, sorciers et savants" (éd. Odile Jacob 2006). Et cette méthode permet bien sûr de reconstituer le relief contenu dans l'image, exactement comme dans le "suaire de Turin", à savoir non pas l'image d'un corps humain mais l'image d'un... bas-relief !
(cf. une fabrication de "suaire de Turin" en direct !)

Dans ce dernier ouvrage, vous découvrirez également la solution de ce qui est peut-être le dernier réel mystère de ce "suaire", vous découvrirez ce qui devait être la véritable présentation (... le hissage !) qui était faite de ce "suaire" à l'époque de sa création, au XIVème siècle.

(Vous trouverez également des compléments d'information concernant le "saint suaire de Turin" dans l'ouvrage du Pr. 
H. Broch qui fait le tour complet de l'ensemble des phénomènes "paranormaux", "surnaturels" ou "occultes" :  "Au Coeur de l'Extra-Ordinaire" , éd. Book-e-Book, 1991,... 2010)

Les résultats de la datation au carbone 14 effectuée en 1988 ont d'ailleurs confirmé pleinement cette époque. Datation du lin constituant le suaire : 1325 ± 65 ans.
Et cette datation, contrairement aux contre-vérités (exemples : pièces sur les yeux, pollens de Palestine, traces de sang, dégradation de la lignine, raccommodage, etc, etc. - assénées régulièrement par quelques émissions, articles et/ou individus ayant seulement et sans aucune rigueur survolé le sujet) est toujours valide et validée.
Pour ce qui concerne la soi-disant "contamination" (ajout de carbone récent soit par contamination directe, soit par raccommodage ou rapièçage) pouvant fausser la datation, il suffit de lire l'article du Pr. Henri Broch dans les Z-Files "C14 et Suaire de Turin", article qui explique - démonstration scientifique à l'appui - que cela est un pur mensonge.

Contrairement à ce que - de nos jours encore ! - étalent complaisamment certains médias, le "suaire de Turin" n'est pas "acheiropoïète" (c'est-à-dire "non fait de main d'homme").

Il est même assez
facile à refaire. Le Pr. Henri Broch, suivi en cela par plusieurs étudiants de Zététique à qui il explicite chaque année la technique très simple du tamponnage pour faire des "suaires", en a - depuis le tout début des années 1980 - fabriqué de nombreux sans aucun problème et en quelques minutes ! (Cf. à titre d'exemple les pages spécifiques avec les vidéos ci-dessous)

Ces "suaires" ont toutes les caractéristiques attribuées au linge sacré, y compris le fameux "effet 3-Dimensions", c'est-à-dire la reconstitution du relief contenu dans l'image. Vous trouverez toute l'information précise sur cet effet 3-dimensions dans "Gourous, sorciers et savants"

Il est à noter que le relief contenu dans l'image du "suaire" conservé à Turin confirme même que ce linge n'a jamais contenu de corps ; le relief contenu est en effet de l'ordre de 4 ou 5 cm. En d'autres termes : ...un bas-relief !


Cliquez ici pour voir la fabrication (2005) d'un "suaire de Turin" par le Pr. Henri Broch

F abrication filmée en 2005 au laboratoire de Zététique par une équipe TV allemande et diffusée sur ZDF, Allemagne, en novembre 2006.
© "Der Mann auf dem Grabtuch", Caligari Film GmbH, Munich 2006



Cliquez ici si vous désirez voir une autre vidéo de fabrication (1998) de "suaire de Turin"...

Autre fabrication d'un "suaire de Turin" par le Pr. Henri Broch. Filmé en 1998 par une équipe canadienne et diffusé sur Canal D, Canada, en 1999.
© Cirrus Prod, Canada 1999




© Les ingrédients pour reproduire le miracle de la liquéfaction
   du sang de Saint Janvier à Naples

Le miracle de la liquéfaction du "sang de Saint Janvier" à Naples, qui a toujours lieu de nos jours, peut très bien s'expliquer par... une simple recette chimique (orcanette, spermaceti, éther sulfurique*) qui se trouve, entre autres, dans le dictionnaire de Pierre Larousse du XIXème siècle ! Une "ampoule miraculeuse" fabriquée au tout début des années 1980 par Henri Broch présente toutes les caractéristiques du miracle dans lequel la surnaturelle transition dur --> liquide se fait en fonction... de la température.

Pour les détails sur le miracle de la liquéfaction du sang de Saint janvier, cf. le chapitre spécifique dans l'ouvrage "Le Paranormal", Seuil (1985) 2001 en pages 103 à 112 (éd. 2001) ainsi que les compléments d'information en pages 310 à 314 dans le chapitre "Quelques astuces des thaumaturges au fil des siècles" de l'ouvrage "Au Coeur de l'Extra-Ordinaire", éd. book-e-book.com 2005

La "nouvelle hypothèse", médiatisée à la suite de la publication d'une lettre de sceptiques italiens dans la revue Nature le 10 octobre 1991, d'une substance thixotrope (c'est-à-dire qui se liquéfie sous l'effet d'un choc) pour expliquer le miracle de Saint Janvier... n'est pas si nouvelle que cela puisqu'elle a été déjà publiée plusieurs fois par le passé par d'autres auteurs et, de plus, elle n'explique pas toutes les caractéristiques du miracle . Ce que fait par contre fort bien l'hypothèse du mélange sensible à la chaleur.

Il y a également d'autres recettes. Henri Broch, dans son livre "Au Coeur de l'Extra-Ordinaire", en a donné une (sans éther
et à base de bile de boeuf) qui provient du témoignage d'un médecin qui ... a assisté à la fabrication de la recette in situ dans la pharmacie de l'hôpital municipal de Naples !
Pour plus d'informations sur ces derniers points, cf.
l'ouvrage "Au Coeur de l'Extra-Ordinaire", éd. book-e-book.com 2005

(* C
ontrairement à ce qui est allégué quelquefois, l'éther sulfurique n'est en rien un anachronisme dans cette recette puisque cet éther, le vitriol doux, a été découvert... par le "chimiste" catalan Raymondus Lullus au XIIIème siècle, vers 1275)

Sommaire détaillé de   "Gourous, sorciers et savants" (éd. Odile Jacob 2006)
Sommaire détaillé de "Au Coeur de l'Extra-Ordinaire" (éd Book-e-book 2005)


© La marche sur le feu

La marche sur le feu, marche sur les charbons ardents, paraît vraiment un miracle ou un exploit nécessitant un pouvoir mental extraordinaire et un contrôle de son corps digne des lamas tibétains dans les meilleurs films du genre.

En fait, le miracle est dû principalement à la faible capacité calorifique des charbons et à leur également faible conductivité thermique. Pour démontrer cette alternative, Henri Broch a marché, pieds nus, sur des charbons ardents au CNRS-Marseille en mai 1992... en lisant, bien sûr, le chapitre de son ouvrage "Au Coeur de l'Extra-Ordinaire"
, (éditeur actuel book-e-book.com 2005) qui explique la marche sur le feu.

Tout un chacun - à condition de vaincre sa peur - peut y parvenir avec de faibles risques de brûlure.
Attention toutefois, relisez bien les mots qui précèdent: "faibles risques
...... de brûlure" ne signifie pas "risques ...... de brûlure faible" !

Sommaire détaillé de   "Gourous, sorciers et savants" (éd. Odile Jacob 2006)
Sommaire détaillé de "Au Coeur de l'Extra-Ordinaire" (éd Book-e-book 2005)



© Le "cosmonaute maya" de Palenque, Mexique

Dans le domaine de l'archéologie spatiale, le "cosmonaute maya" est certainement la pièce la plus connue et la preuve que des extraterrestres sont venus prendre contact avec les humains dans l'Antiquité. Cette "preuve" est le dessin sculpté sur la dalle de couverture du sarcophage découvert en 1952 dans la crypte du Temple des Inscriptions à Palenque au Mexique et qui représente, selon Charroux, Daniken et autres archéomanes, "un astronaute au poste de pilotage de son vaisseau".

En fait, comme Henri Broch l'a expliqué (in
"Le Paranormal", Seuil 1985-2007 et, avant cet ouvrage, in "La mystérieuse pyramide de Falicon", France-Empire 1976), le contexte maya local fournit l'explication de cette sculpture. Il suffit de "redresser" l'image du cosmonaute - toujours présentée horizontalement - et de la comparer avec le motif du Temple de la Croix, temple voisin sur le même site de Palenque.
En 1 : masque du monstre de la terre, symbole de la mort.
En 2 : l'arbre sacré, ceiba (i.e. kapokier, fromager) ou la plante sacrée, maïs.
En 3 : le quetzal (oiseau-soleil), symbole de vie.


Sommaire détaillé de   "Gourous, sorciers et savants" (éd. Odile Jacob 2006)
Sommaire détaillé de "Au Coeur de l'Extra-Ordinaire" (éd Book-e-book 2005)



© La pyramide de Falicon. Quelques clichés au cours du temps...

Le site de la "Bauma des Ratapignata", avec la pyramide qui marque l'entrée de la grotte (cf. "La mystérieuse pyramide de Falicon", France-Empire 1976), est situé sur la commune de Falicon jouxtant la commune de Nice. Voici quelques clichés pris par Henri Broch vers les années 1965-1967, 1972 et 1981 qui pourront permettre, en comparant avec l'état actuel, de "mesurer" les dégradations subies par le monument.


Les vignettes ne sont pas nécessairement en échelle 1/1


Sommaire détaillé de   "Gourous, sorciers et savants" (éd. Odile Jacob 2006)
Sommaire détaillé de "Au Coeur de l'Extra-Ordinaire" (éd. Book-e-book 1991-2005)
Georges CHARPAK : "Un beau travail, fort salubre"


Vous voulez être tenu au courant des nouveautés en Zététique ? --->
cliquez ici !

© Laboratoire de Zététique UNSA
Toute reproduction - même partielle - est interdite sans autorisation écrite explicite. Demande à adresser au Laboratoire.
.